MARATHON DES SABLES 2012
Numéro de dossard / Bib number
993
6-14 Avril 2012, Ouarzazate, Marochttp://www.darbaroud.com
Photos_MDS.html
Academia_+_CV.html
 

Anglais :


Wednesday April 4th I landed in Ouarzazate (Morocco) at midnight, roughly 30 h after leaving Winnipeg. The plane was packed with strange people, wearing tight running clothes, with trail running shoes and technical back-packs. The excitement was only starting.


On Thursday we had a little session with Jay (the US and Canada organizer) on how to trim down the packs to the bare minimum we would need for the coming week. His motto : every gram counts. That meant that no labels on clothing or dehydrated meal envelopes would be allowed in my pack. I also abandoned all idea of warm meals and ditched my cooking stove and pot. I finished the day with a relaxing massage and a good supper in my 4 star hotel, my good friend Master Card offering me those last moments of comfort.


On Friday morning the 6 hour bus ride (through nauseating mountain roads) led us to, well, the middle of no where. Not exactly since trucks from His Majesty’s Armed Forces relayed the buses to truly bring us to «the Middle of No where» and a great camp of Berber tents (for the runners) and nicer expedition tents (for the staff).


On Saturday my pack (weighting about 25 pounds, although I shied from having its accurate weight) contained all the food and equipment I would need for the week. I said goodbye to my travel suit-case containing all that extra food, superfluous clothing and  comfort equipment. The excitement was palpable all around, with groups of runners going about the medical and technical pre-race controls. We were given our bibs (993 for me), salt pills, water punch cards and an emergency flare weighting a terrible full pound.


Sunday morning was the true beginning of this week long adventure, the culmination of months (if not years) of training for approximately 900 runners from across the world. The total distance of the 2012 Marathon des Sables was 246 (.5) km in 6 stages. For the majority of runners (myself included) the race was divided in two events : the 81 km  long stage on day 4-5 and everything else. The general mentality was to arrive to the 4th day with enough energy, then somehow live through that stage...and then save for a small marathon on day 6 and 15 km on day 7 the race was done. The advice I got from many experienced runners was : pace yourself. It seemed to work for me since on the 3 first stages I would start the 30-38 km days very slowly and towards the end I would catch-up and trot by over a hundred fellow runners each days.


And by runners (and running) I mean that most people actually walked briskly. No point running in mid-afternoon when the sun is blazing and the temperature is over 50oC. No point running in soft sand or up hills or on broken pointy rocks. No point running when you still have over 200 km to do and a limited amount of food (and water). Save for 50 super-humans, the majority of competitors are happy with finishing the race without losing to much skin under their feet.


The sensation at the start signal on the first day is very hard to describe. Training for the MDS had taken a ridiculously large portion of my life of the past months. There was not a single day that went by, from July to April, when I wasn’t thinking about that moment! It was both a relief to FINALLY get going and also a stressful moment where I questioned all my training and preparation, and hoped that I was ready to face this massive challenge. I was.


So the first 3 days went reasonably well and I was the first or second (along with Brian, bib no. 968) to get to the tent after each day. On the second day, I even manage to find an un-opened, abandoned bottle of precious water. I carried it - in a mini sandstorm - for the last 10 km of the day. Then I had a 1.5 L shower! People were very jealous!


The long 81.5 km day was long. Compared to many, I was in relatively good shape that morning. My feet only had small blisters and no other injuries, and I had lots of stamina in reserve. That was not the case for everyone, and some runners of our group had massive blisters and basically no more skin under their feet. The day started with a mountain after about 10km. This was followed by an almost vertical 200 m descent on a dune. A rope was installed to help people down but I chose another funner and faster method : leaping full speed downhill, under the envious and worried look of other participants.  It was a hot day and I hit a wall at around 20-30 km and stopped to binge through my food. That (and painkillers) seemed to help and I was back on track, power-walking mostly alone. Night slowly set in, I had to trade by excellent oakleys (that blocked the sand as well as the sun) for some cheap, small spectacles (that did not block the sand) and ripped a piece of my sleeping bag liner to make a head scarf. I kept power-walking in a sort of zombie state of mind, fueled by larabars, nuun-flavoured water and painkillers. It was full night by then, with no moon and only the beam of my head-lamp. After about 13 h on the trail, the racers were very spaced out, both physically and mentally.


And then it hit me : check-point 5, only 21 km to go. That’s a half-marathon folk! We all did that in training to a point where it was on par with getting a coffee, reading a book or running a half marathon. And, on top of surprising energy reserves, I had an ally : my iPod and Rammstein!


I cranked the music so loud that other runners would hear me before seeing the bouncing beam of my head-lamp! I only had about 5-6 tracks but the 10 km between check-point 5 and 6 literally flew by, with open-mouth competitors wondering at this devil with a Canadian flag dashing past their exhausted selves. By check-point 6, and still about 10 km out of the bivouac and a well deserved night of painful sleep my human batteries ran down. I thought I could dash another 10k, I was wrong. I zombied another 10 k.


It was 2h am when I crossed the finish line of the long stage, along with 5 British guys.  We all looked at each other and had some colorful curses. The most annoying part was that at about 4 km out we saw the bivouac lights...and then they disappeared. The next day I realized that we had to go through a valley that was out of sight from the camp. I crawled in the tent, Brian was there, and he was also cursing. I tried to stretch, wanted to puke, and was feeling generally pretty exhausted.


My efforts were not in vain as I had all of the next day to relax, eat, drink, sleep and relax. That is, until a major sand storm, followed by violent thunder showers followed by hail succeeded in soaking our camel wool Berber tent and making us even more miserable. The rest of our tent-mates arrived late in the afternoon and made me forget my (comparatively small) pains. Some had their feet so swollen that it was hard to remove their socks. Like a wounded warrior, I helped Istvan to the medical tent which was a grueling 200 m away and then proceeded to eat, drink and rest some more.


The 5th day was a full 42.2 km marathon. Meh, a triffle! Lots of swearing and painkillers (lots of painkillers) made it possible. Sadistically, the bivouac was visible at the bottom of the mountain we had ascended, 5 long km away. We had to run through an abandoned village and some ruins, but at that stage in the race tourism and archeology where very secondary concerns. More painkillers and more swearing allowed me to zoom by more competitors and then the race was finished (save for 15 km the next day).


The last night in the bivouac was like a party. We were given clean bibs, ditched our flares and they flew in the Paris Opera Orchestra for 1h30 of classical music, under the desert stars and for a bunch of stinky and exhausted runners laying on their sleeping pads.


The last day was like a crazed lemming run...except for 6 km going over the highest dunes in Morocco, veritable mountains of fine sand.


In the distance, I glimpsed the inflatable structures of the finish line poking over a line of dunes. Then we started seeing and hearing more and more (clean) people cheering.


I pulled out the Heineken can I had carefully kept since day one and in one epic moment the finish line was crossed in a spray of victory beer!

French - ** English version below **


Mercredi le 4 avril, après 30 heures de voyage, j’ai atterri à Ouarzazate (Maroc) aux alentours de minuit. L’avion était rempli de gens étranges, portant des vêtements de course moulants, des souliers de course et des sacs à dos techniques. L’excitation ne faisait que commencer!


Jeudi nous avons eu une session d’organisation de sac à dos avec Jay, le responsable du groupe É-U/Canada. L’objectif : réduire au strict minimum le poids de nos sacs.  Il y a deux écoles de pensées à ce sujet : la première préfère un peu plus de luxe et de confort, des aliments plus variés et du combustible pour manger chaud. La seconde, celle de Jay (et celle que j’ai adoptée) le contraire : Chaque gramme compte! Exit le réchaud, la gamelle, la nourriture superflue, les étiquettes dans les vêtements, le deuxième chandail, la quatrième paire de chaussettes, la deuxième paire de shorts et les enveloppes de nourritures déshydratées! J’ai terminé la journée par un bon massage et un super souper dans mon magnifique hôtel 4 étoiles, avec vue sur l’Atlas!


Vendredi, 6 heures d’autobus (et une gravol) dans de sinueuses routes de montagne nous ont menés à quelques lieux du milieu de nulle part. Ces derniers lieux ont été franchis en camion militaire de Sa Majesté le Roi du Maroc pour finalement arriver au premier bivouac. Les organisateurs confortablement installés dans des tentes d’expéditions et les coureurs dans de ...somptueuses... tentes berbères.


Samedi le 7 avril, c’était la journée de contrôle technique. Mon sac pesait environ 25 livres (environ 11 kg - mais je n’ai pas voulu savoir son poids exact) et contenait tout l’équipement et (surtout) toute la nourriture pour la semaine à venir. J’ai dit adieu à ma valise et à tout l’équipement et toute la nourriture superflue que j’avais apportés. Nous avons tous passé le contrôle médical, reçu nos dossards (numéro 993 !!!), les pilules de sels (2 par bouteilles d’eau), la carte à poinçonner et une fusée de détresse pesant environ un demi-kilo!


Dimanche matin, le 8 avril, commençait cette semaine d’aventure; la culmination de mois ou d’années d’entraînement pour environ 900 coureurs de partout autour du monde. La distance totale de l’édition 2012 du Marathon des Sables était de 246 (.5) km en six étapes. Pour la majorité des coureurs, la course était divisée en deux étapes : la longue épreuve de 81 km au jour 4-5, et le reste. L’objectif étant d’arriver à peu près entier au jour 4 (après avoir parcouru environ 100 km), terminer la longue épreuve et ensuite ramper pour le marathon du jour 6 et le petit 15 km du jour 7. Le plus important conseil que j’ai reçu a été : gérer ma vitesse. Pace yourself en englishe. Ce conseil a très bien fonctionné car j’ai terminé les trois premières journées, chacune de 30-38 km, avec une poussée d'énergie à la fin de chaque étape. Je commençais lentement le matin, pour accélérer vers la fin et dépasser chaque jour une centaine de coureurs.


Et par coureur (et courir) j’entends plutôt une marche rapide. Évidemment, personne ne veut courir sous le soleil de mi-journée dans le désert à des températures de plus de 50oC! Personne ne veut courir dans le sable qui s’enfonce, ou dans les roches pointues qui torturent les pieds ou en escaladant des Ergs et de Jebels! Personne ne ressent de grand besoin de courir quand il reste encore plus de 200 km à parcourir, sur des réserves de nourriture (et d’eau) assez limitées. Personne - sauf environ 50 athlètes mi-humains, mi-machines - ne tient vraiment compte de son temps. On se contente simplement de terminer, sans perdre trop de morceaux d’orteils en chemin.


La sensation à la ligne de départ la première journée est très difficile à décrire. Chaque jour depuis le mois de juillet j’imaginais ce moment. L’entraînement pour le MDS avait aussi pris une proportion immense de mon temps. C’était donc à la fois le soulagement de plusieurs mois d’anticipation, mais aussi le moment de vérité; à savoir si je m’étais assez entraîné en bien préparé à affronter cet immense défi. Je l’étais.


Donc, les trois premiers jours se sont plutôt bien déroulés. J’étais - avec Brian (no.968) le premier ou le deuxième à arriver à notre tente chaque soir.  La deuxième journée, j’ai même trouvé une précieuse bouteille d’eau abandonnée et encore scellée. Après l’avoir transportée sur les derniers 10 km je me suis offert LA douche du siècle, sous le regard jaloux et envieux des autres coureurs!


La longue épreuve de 81.5 km a été longue. Comparé à la majorité des autres participants, j’étais en bon état au début de la course. Mes pieds n’avaient que quelques petites ampoules mineures, je n’avais aucune autre blessure et encore de grosses réserves d’énergie. Plusieurs coureurs de notre groupe en étaient au stade où il ne restait sous leurs pieds plus aucune peau. C’était une journée très chaude et dès le 10-15ième kilomètre nous avions une montagne a escalader, suivi d’une descente d’environ 200 m presque verticale sur une dune. La pente était tellement abrupte qu’une corde était installée pour aider les coureurs à descendre. Mais c’était beaucoup plus rapide et plaisant de dévaler le sable en sautant à toute vitesse, sous le regard ébahi et inquiet des autres participants. Autour de 20-30 km j’ai frappé mon seul mur de toute l’épreuve. La chaleur, la fatigue, la soif et surtout la faim m’ont forcé à m’arrêter à un check-point. À ce point je commençais à m’inquiéter de mes réserves de nourriture, la suite me prouva que ce n’était que le produit du soleil sur mon pauvre cranium. Donc, je me suis arrêté au check point et j’ai mangé quelques barres d’énergies, du saucisson et j’ai bu presque une bouteille d’eau complète. L’alimentation et une bonne dose d’advils et de tylenol m’ont permis de continuer. J’ai ensuite marché à bon pas, seul, jusqu’à ce que la nuit commence à tomber.  Avec l’obscurité, j’ai dû échanger mes excellentes lunettes soleils Oakley pour une paire de petites lunettes qui, malheureusement, était complètement inefficaces pour empêcher le sable de me rentrer dans les yeux. J’ai aussi découpé un morceau de ma doublure de sac de couchage pour me faire un bandeau. J'avançais comme un zombie, éclairé par le faisceau de ma lampe frontale. Heureusement, advils et tylenol continuaient à faire leur excellent travail et arrivaient à masquer la douleur provenant de la plante de mes pieds. En pleine nuit, dans le désert, sans lune et après plus de 13 h sur la piste, nous étions tous à des niveaux variables d’épuisement. La distance entre les coureurs devenait aussi de plus en plus grande et j’ai passé les 25 derniers kilomètres plus ou moins seul.


Et finalement, l’épiphanie de l’épreuve est arrivée : Check-point 5 : il ne restait plus que 21 km avant le bivouac. Un demi-marathon! Une distance ridicule, devenue routinière lors de mon entraînement. Un simple apéro avant un gros souper. En plus de surprenantes réserves d’énergie, j’avais aussi un atout secret : Rammstein!


Le volume de mes écouteurs était si fort que les autres compétiteurs - que je dépassais ventre à terre - pouvaient m’entendre avant de voir le faisceau de ma frontale. Ça a été le point le plus incroyable de ma course : voler à toute vitesse dans la nuit du Sahara, toute fatigue ayant magiquement disparu. Environ 45 minutes et 10 km plus tard, au check-point 6, mes batteries m’ont finalement lâché et j’ai repris ma démarche de zombie pour une dernière et douloureuse heure.


Il était 2 h du matin quand je suis finalement arrivé au bivouac. Par cruauté, les organisateurs avaient installé le campement sur une petite élévation. À environ 4 km, on pouvait finalement voir les lumières des tentes, mais aussitôt elles avaient disparu. Ce n’est que le lendemain que j’ai compris que les ultimes kilomètres étaient dans une petite vallée. Donc, j’ai boité jusqu’à la tente (Brian était déjà arrivé et était à moitié dans le coma) pour déposer mon sac à dos. Dans un état avancé d’épuisement, j’ai essayé de m’étirer (inutile à ce point) et de savourer ma victoire au clair de la lune qui s’était finalement levée.


Mes efforts de la veille ont été récompensés quand, le lendemain, je contemplais une complète journée de repos, d’alimentation, d’hydratation et de repos. Jusqu’à ce qu’une violente tempête de sable...suivi d’un orage électrique...suivi d’une averse de grêlons gros comme des billes détrempe complètement la laine de chameau dont était faite notre tente. En début d’après-midi, Brian et moi étions encore les seuls de notre tente à être arrivés, et nous trouvions la météo assez misérable. Mais ce n’était rien comparé à ce que nos confrères étaient en train d’affronter sans la protection minimale qu’offrait la tente. Leurs arrivées nous ont fait oublier nos douleurs. Les pieds d’Istvan étaient tellement enflés qu’il a été difficile d’enlever ses chaussettes et je l’ai accompagné, comme un guerrier blessé, jusqu’à la tente médicale pour que les docs s’occupent de ses ampoules géantes. J’ai ensuite continué à m’alimenter et à m’hydrater.


La cinquième épreuve était un marathon, 42 km de douleur, de sacres et d’advils. Le dernier bivouac était visible, à 5 km du haut de la montagne qu’on avait à monter.  Nous avons traversé les ruines d’un village, mais à ce point de la course le tourisme et l’archéologie étaient des préoccupations très secondaires. Encore plus d’advils et de jurons m’ont permis, encore une fois, de dépasser une bonne quantité de coureurs dans le dernier droit. La course - sauf pour un petit 15 km - était finie.


La dernière nuit au bivouac avait une ambiance de fête. On nous a remis des nouveaux dossards plus propres, on s’est débarrassé de nos fusées de détresses. Les organisateurs ont fait venir un ensemble de musique de chambre de l’Opéra de Paris pour nous offrir un concert sous les étoiles. Les coureurs, sales et épuisés, étendues sur leurs matelas de sols, écoutant une cantatrice au milieu du désert étaient un spectacle totalement surréaliste!


La dernière journée a été comme une course de lemming...avec l’exception des derniers 6 km qui nous ont fait traverser les plus hautes dunes du Maroc. De véritables montagnes de sable fin.


Du haut d’une des crêtes, j’ai pu voir les structures gonflables de la ligne d’arrivée. À mesure que nous nous en approchions, des gens propres nous criaient des encouragements.


J’ai sorti ma précieuse canette de Heineken que je traînais avec moi depuis le premier jour et d’un mouvement de poignet je traversais finalement la ligne d’arrivée dans un jet de bière de la victoire!

Parkour :

Jour 1 : AMMOUGUER / OUED EL AATCHANA – 33,8 Km
Jour 2 : OUED EL AATCHANA / TAOURIRT MOUCHANNE - 38,5 Km
Day 3 : TAOURIRT MOUCHANNE / EL MAHARCH - 35 Km
Jour 4-5 : EL MAHARCH / JEBEL EL MRAÏER - 81,5 Km

Day 6 : JEBEL EL MRAÏER /MERDANI - 42,2 Km (full marathon)

Jour 7 : MERDANI / MERZOUGA - 15,5 Km
Total : 246.5 km
45h 04’ 50’’http://www.darbaroud.com/resultats/resultats.php?langue=fr&epreuve_id=2012&simple=1&etape=GENERAL&nom=&dossard=993&Submit=Envoyershapeimage_4_link_0

Avant :-)

Départ - Jour 2

Night on the Bivouac

Quelque part dans le désert...

Concert dans le désert

Menu (click for PDF)

King of the hill! :-)

Dunes

Bière de la victoire - Victory beer (please sponsor me!!!)